L’email est à ce jour le meilleur outil de fidélisation client. Pourtant, il est souvent mal utilisé. Atterrissage en spams, peu d’ouvertures, taux de clic très bas… Les mauvais résultats des campagnes d’emailing en découragent plus d’un et les critiques fusent. Cependant, en suivant quelques bonnes pratiques faciles à mettre en place, il est possible d’obtenir d’excellents retours.

#1 Choisissez une cible précise pour votre campagne

La première chose à décider est de savoir à quelle audience vous souhaitez envoyer votre emailing. Naturellement, votre contenu ne sera pas le même en fonction de la cible à laquelle vous vous adressez.

Premièrement, n’envoyez votre newsletter qu’aux personnes qui s’y sont inscrites. Deuxièmement, segmentez votre liste en fonction de vos besoins : genre, géolocalisation, activité sur les emails que vous envoyez, etc.

#2 Faites attention à l’expéditeur

Ici, l’idée est de rassurer vos destinataires. Même avec les filtres anti spams des fournisseurs d’accès à Internet, des courriers indésirables réussissent à se glisser dans nos boîtes mails et vos futurs lecteurs sont devenus très suspicieux. Pour éviter que votre email n’atterrisse directement dans les spams, choisissez le nom de l’émetteur avec soin, par exemple : “Julie ALBENQUE – WEBZAKO” et associez-y une adresse email correspondante : “julie@webzako.fr”. Sachez que les destinataires sont rassurés en voyant un nom de personne physique dans le champ de l’émetteur, alors n’hésitez pas à utiliser cette technique.

#3 Rédigez un objet accrocheur (mais pas racoleur)

Votre objet est le premier élément qui va convaincre votre destinataire d’ouvrir votre email. Il doit donc être explicite et donner envie de lire la suite sans pour autant être “spammy”. Pour éviter cela, oubliez les formulations du type : gratuit, promotion, félicitations… et en général, les chiffres suivis de pourcentage. Le TOUT MAJUSCULE est également à fuir.

Gardez également en tête que l’objet de votre email doit être en concordance avec le contenu que vous proposez ensuite. Pour finir, un bon objet d’email comprend entre 60 et 70 caractères environ.. Bien sûr, à vous de faire vos propres tests pour voir ce qui fonctionne le mieux sur votre liste d’abonnés.

#4 Mettez à profit le Pré Header pour convaincre votre destinataire

Le pré header, c’est la première ligne rédigée dans votre email. C’est également la phrase qui s’affiche à la suite de l’objet de votre email dans la boîte de réception. D’une longueur d’environ 35 caractères, il sert à renforcer l’envie d’ouvrir l’email. L’idéal pour s’assurer d’utiliser le maximum d’espace est, pour chaque campagne, d’en essayer plusieurs et de voir comment ils s’affichent sur différentes boîtes mail et sur mobile.

Pré Header dans la boîte de réception

Si possible, il doit comporter le nom du destinataire, afin d’attirer l’oeil. Mais surtout, il ne devrait pas faire apparaître le traditionnel message proposant au lecteur d’ouvrir le mail dans son navigateur web.

Dans l’exemple ci-dessus, le vrai pré header de Cheerz est “Les mots nous manquent.”. Pour Sephora, il s’agit de “5 conseils pour sauver la face !”. Comme vous pouvez le constater, ces deux pré headers sont loin d’utiliser tout l’espace libre et c’est bien dommage. Il faut dont optimiser au maximum le nombre de caractères pour maximiser votre taux d’ouverture. Sans oublier bien sûr qu’en fonction de la boîte mail et du device… le nombre réel de caractères affichés sera différent.

#5 Envoyez un contenu de qualité

Le taux d’ouverture est très important dans les statistiques d’emailing, mais le taux de clic l’est tout autant, puisque cette email est sensé faire revenir vos lecteurs sur votre site. Et pour cela, le contenu de votre email doit être pertinent. En effet, 88% des internautes se désabonnent quand les emails ne correspondent pas à leurs attentes.

Par ailleurs, il faut respecter un ratio entre texte et images, pour ne pas être catalogué en spam. Il est généralement de 1/3 d’images pour 2/3 de texte. Attention au poids des images, cela dit ! Plus elles sont lourdes et plus votre email mettra du temps à se charger. Or, les utilisateurs sont de plus en plus nombreux à consulter leur boite mail sur leur smartphone…

Si vous proposez une offre, vous pouvez ajouter un bouton d’appel à l’action. Dans ce cas, choisissez une couleur bien visible et mettez votre CTA en évidence dans votre contenu.

#6 N’oubliez rien

Assurez-vous de faire clairement apparaître le lien de désabonnement à votre liste d’abonnés au pied de votre email. En effet, il est illégal de ne pas laisser le choix aux destinataires de se désabonner.

De même, si la mention ne devrait pas apparaître dans le pré header, prévoir une version web de votre email est une bonne initiative au cas où certains destinataires n’arriveraient pas à visualiser le message de votre campagne d’emailing. Enfin, n’oubliez pas d’attribuer une balise Alt explicite à vos photos dans le cas où elles ne s’afficheraient pas correctement.

#7 Relisez et testez

Lorsque vous êtes satisfait(e) par la forme de votre emailing, vous pouvez commencer les tests. Observez comment l’email s’affiche sur Gmail et Outlook, ainsi que sur mobile. Cliquez sur tous les liens pour vérifier qu’il n’y a aucune erreur et relisez-vous (personne n’est à l’abri d’une faute d’orthographe).

#8 Choisissez votre heure d’envoi

Il est conseillé d’éviter le lundi matin (retour au travail et avalanche de mails), ainsi que le vendredi (départ en weekend, la tête ailleurs).

En BtoB, on privilégiera ainsi le début de soirée, tandis que les bons de réduction et autres offres promotionnelles trouveront preneur en début d’après-midi, pendant ou juste après la pause déjeuner. Mais là encore, à vous de faire vos propres tests, en fonction de votre cible et de votre activité.

#9 Décidez d’une fréquence d’envoi

Comme pour le blogging, la fréquence d’envoi de votre emailing doit être décidée en amont et il faut s’y tenir. Hebdomadaire, bimensuel ou mensuel, vous choisissez en fonction de ce que vous avez à dire. La seule clé à respecter est de ne pas en envoyer trop, au risque de lasser vos clients, ni d’en envoyer trop peu, au risque de passer aux oubliettes.

#10 Suivez vos campagnes d’emailing

Enfin, le dernier point important est d’analyser les retombées de vos campagnes et de vous adapter en conséquence. Mailchimp par exemple, fournit un reporting intéressant. D’abord de manière globale :

Mailchimp Reporting global de toutes les campagnes d'emailing

Ici, on peut voir le taux d’ouverture de chaque campagne (courbe bleu clair) par rapport à la moyenne dans son secteur d’activité (ligne rouge), ainsi que le taux de clic. En France, la moyenne est de 5,18%.

L’analyse peut aussi se faire au cas par cas, comme ci-dessous :

Mailchimp Reporting individuel par campagne

On y trouve le taux d’ouverture et de clic pour une seule campagne, ainsi que le taux moyen pour cette liste d’abonnement. Dans cet exemple, la campagne d’emailing a bien fonctionné puisque le taux d’ouverture a été de 31% contre 26,1% en moyenne. En explorant un peu plus, on peut consulter les liens les plus cliqués, l’heure à laquelle les emails ont été ouverts, etc. En bref, toutes les informations dont vous avez besoin pour adapter toujours plus votre emailing au goût de vos clients.

Vous utilisez Mailchimp et souhaitez envoyer votre première campagne ? Nous avons créé pour vous un tutoriel complet qui vous guidera le long des étapes.

Vous n’avez pas encore choisi de logiciel d’emailing ? Nous vous guidons dans le paramétrage de votre compte Mailchimp, la création de votre première liste d’abonnés, ainsi que la création d’un formulaire d’inscription.