Cette semaine, Aquinum, alias Association des Professionnels du Numérique en Aquitaine, fête son #aquiversaire2016. 6 ans déjà ! Pour l’occasion, des événements et ateliers étaient organisés pendant toute la semaine. Webzako a participé à l’un d’entre eux, sobrement nommé : Web-to-Store. Derrière ce nom, un contenu pas vraiment raccord (de l’aveu des intervenants Céline Leroy et Philippe Weickmann), mais qu’importe, le sujet abordé restait dans la problématique du e-commerce.

Comment vendre ses produits sur Internet sans site e-commerce (réseaux sociaux et marketplaces) ? E-commerçants, comment gérer ses commandes web en boutique, quelles sont les solutions ? Ce sont les questions que nous nous sommes posées aujourd’hui. Nous vous livrons ici notre retour.

Quelques définitions pour bien commencer

Web-to-Store : c’est le fait d’attirer des clients qui vous ont connu par le biais d’internet (fiche Google My Business, réseaux sociaux, site web, etc.) dans votre point de vente physique. On sait aujourd’hui que 91 % des consommateurs préparent leurs achats sur Internet, puis se rendent en magasin pour “toucher” le produit ou l’essayer. Mais souvent, l’achat final se fait en ligne.

Marketplace : également appelée place de marché, c’est un espace en ligne hébergé par de grands sites marchands (Amazon, CDiscount, Fnac, etc.), réservé à des vendeurs indépendants en échange d’une commission sur les ventes.

La marketplace, un acteur incontournable du e-commerce

68% des internautes ont déjà utilisé une marketplace

Les marketplaces ont généré 3 milliards d’euros de revenus en 2015, soit 9% des ventes de produits en ligne.

On distingue d’un côté les marketplaces générales, comme celles que nous avons citées plus haut : Amazon, Ebay, Fnac, CDiscount, Etsy (produits faits main)…

D’un autre côté, il y a les places de marché spécialisées, qui elles ne se concentrent que sur une thématique. Par exemple : L’Equipe Store, Bleu Bonheur, Label Park, Mano Mano et également Ecoclicot, le bordelais qui propose des produits respectueux de l’environnement.

Comment fonctionnent les places de marché ?

  • Vous bénéficiez de la notoriété du site. Par exemple, en étant vendeur sur la marketplace d’Amazon, vous drainez une partie de son trafic, ce qui est loin d’être négligeable !
  • La rédaction de fiches produits vous permet d’améliorer votre référencement naturel.
  • Le site marchand vous met à disposition tous les outils pour mettre en ligne votre catalogue de produits.
  • Le site marchand prélève une commission sur les ventes, dont la part varie en fonction des marketplaces.
  • Dans certains cas, vous devez payer un abonnement mensuel pour ouvrir votre boutique.

Quand préférer une marketplace à un site de e-commerce ?

Philippe Weickmann nous l’explique immédiatement : “Testez votre marché sur une marketplace avant de lancer votre site e-commerce”.

Pourquoi ? Parce que créer votre propre boutique en ligne coûte de l’argent et si les clients ne sont pas au rendez-vous, vous aurez engagé beaucoup de frais pour rien, si ce n’est d’apprendre de votre erreur.

Lorsque vos ventes sur la marketplace commencent à décoller de manière consistante, alors vous pouvez envisager d’investir dans une solution plus complète en montant votre propre site de e-commerce.

Cependant, et c’est le second grand conseil de Philippe Weickmann, les frais techniques de création de votre e-commerce sont une choses, mais il faut également comprendre que les dépenses liées au marketing doivent être au moins équivalentes pour être visible sur le web.

E-commerce, quelles sont les solutions qui existent ?

Les sites e-commerce clé en main

Comme leur nom l’indique, ces solutions sont accessibles à tous, faciles à mettre en place, et proposent des thèmes (apparences) à personnaliser. Les plateformes les plus connues sont : Shopify, Wix et WiziShop.

Elles proposent un abonnement entre 20 et 50€ par mois envrion et prélèvent également une commission sur les ventes.

Les CMS (Content Management System)

Les CMS sont “gratuits”, c’est-à-dire que vous ne payez aucun abonnement et ne devez aucune commission. Les frais engagés sont votre nom de domaine, votre hébergement et l’apparence de votre site, que vous passiez par des thèmes ou que vous fassiez appel à des développeurs.

Woo Commerce pour WordPress : c’est un plugin gratuit adapté aux petites boutiques et aux e-commerçants dont l’objectif principal n’est pas de vendre leurs produits. L’avantage est de pouvoir avoir d’un côté son site vitrine et son blog, et de l’autre, son e-commerce.

Prestashop : c’est peut-être la solution e-commerce pure la plus connue, mais elle n’est pas entièrement gratuite pour autant. En effet, beaucoup de modules (paiements, sécurité, etc.) sont payants, ce qui peut facilement faire grimper les frais.

Magento : idéal pour les grandes boutiques (plus de 20 000 articles, par exemple), mais plus complexe à mettre en place.

E-commerce, marketplaces, pourquoi choisir ?

Plutôt que de choisir de manière tranchée entre e-commerce et marketplaces, il est possible, selon votre stratégie, de se positionner des deux côtés.

Les marketplaces permettent par exemple de diversifier vos canaux d’acquisition. Cela signifie que vous n’aurez pas les mêmes clients en fonction de votre point de vente.

Pour fonctionner en harmonie, il existe des aggrégateurs de flux qui permettent de mettre à jour vos produits, notamment votre stock, en prenant en compte votre site e-commerce et votre marketplace. En voici quelques-uns : Lengow, SellerMania, ShoppingFlux.

Quelle stratégie adopter sur une marketplace ?

Céline Leroy conseille de bien sélectionner les produits que vous vendez sur votre marketplace. En effet, tout votre catalogue n’a peut-être pas sa place dessus (et les commissions coûtent cher !). Par ailleurs, sur certains produits, la concurrence peut être telle que cela ne vaut pas le coup de “se battre”.

Il faut également jouer la différenciation, en proposant par exemple des produits additionnels. Enfin, gérez bien votre stock !

Facebook Marketplace : la nouveauté 2016

Facebook Marketplace est, à l’heure où cet article est écrit, en test aux Etats-Unis et dans quelques pays.

L’idée première de Facebook est de concurrencer Craigslist, LeBonCoin américain en permettant aux utilisateurs uniquement (pas les pages d’entreprises) de proposer des produits à la vente.

Cette place de marché est cependant vouée à évoluer et il ne serait pas étonnant de voir Facebook l’ouvrir aux entreprises ensuite. Selon Philippe Weickmann, cet outil sera très puissant et idéal pour tester votre marché.

Les avantages principaux de Facebook Marketplace

  • Haut niveau de confiance : ce sont des profils personnels qui sont utilisés, la fraude est donc plus difficile.
  • La communication se fait par Messenger, l’application de messagerie privée de Facebook, rendant les discussions plus simples.
  • Facebook ne prélève aucune commission ! (Et se paiera certainement plus tard par la mise en avant d’annonces sponsorisées)

Comment gérer ses commandes e-commerce ?

Comme partout ailleurs, le client est roi. Le risque de ne pas anticiper ses commandes est de prendre un sérieux revers dans son e-réputation à cause d’un avis assassin.

L’un des points les plus délicats dans l’e-commerce est l’aspect logistique : la livraison.

Le choix de son partenaire logistique

Pour une petite activité, avec peu de volume, Colissimo reste une valeur sûre. UPS, DHL, FedEx, etc. sont ensuite d’autres partenaires à envisager en fonction de l’évolution de votre activité, du poids de vos colis, de l’adresse de destination, etc. Selon Céline Leroy, en dessous de 100 colis par mois, il est impossible de négocier une remise commerciale auprès des partenaires.

Les conseils pour s’en sortir sont :

  • Optez pour le colis suivi avec remise avec signature
  • A la poste, trouvez le créneau le moins “embouteillé” pour envoyer vos colis
  • Anticipez les retours colis : le délai de rétractation est de 14 jours, vous devez être très clair dans les modalités de retour
  • Gagnez du temps en organisant votre stock et en préparant les commandes à un seul endroit
  • Préparez-vous aux périodes clés (fêtes de fin d’année, Saint Valentin, etc.) et notamment, aux cadeaux de dernière minute et ruptures de stock éventuelles !

L’événement était diffusé en live sur Facebook, vous pouvez le retrouver ci-dessous :